Rechercher
  • Admin ALAYA

Les Afros-boliviens 500 ans d'histoire...

Mis à jour : juil. 21


Les Afros-boliviens en Bolivie


Les Afros-boliviens sont les personnes de nationalité bolivienne d'origine africaine. Ils sont présents en Bolivie depuis la colonie et ont subi la même oppression que les indigènes, avec en plus le racisme et la discrimination dus à leurs couleurs de peau. Ils ont été déracinés de leurs terres africaine. Il n'y a pas de registre précis du nombre de personnes qui ont été enlevées mais ils ont été environ 12,5 millions de personnes à être déportées en Amérique entre le XVIe et le XIXe siècle;. Ceux qui sont arrivés en Bolivie ont été amenés par les "conquistadors" espagnols et réduits en esclavage (comme ils les appelaient).


"Au début de la colonie, au 16 ème siècle, tous les noirs n'étaient pas des esclaves et tous les esclaves n'étaient pas de couleur ...", explique Arciénega à ECOS. De cette manière, il y a une conjonction de savoirs, coutumes et traditions qui font désormais partie de l'identité du pays.


Durant la colonie dans les villes les plus importantes: La Plata (aujourd'hui Sucre) et Potosí, il y avait une présence importante d'Africains; beaucoup d'entre eux étaient des esclaves. Ils étaient traités comme des objets et pouvaient être vendus, achetés, loués ou hérités. Avoir un esclave était un symbole de distinction et d'opulence parmi les élites. Utilisés comme domestiques, dans la production de vin également. D'autres ont travaillé comme fondeurs de métaux, monnayeurs et coupeurs de pièces de monnaie à la Monnaie nationale de Potosi ("casa de la moneda"). Les autres ont été emmenés dans les mines d'argent de Potosí, pour y travailler dans des conditions surhumaines, endurant des températures extrêmes à plus de 4200 mètres au-dessus du niveau de la mer. Une situation à laquelle ils n'étaient pas habitués ce qui a causé de nombreuses morts. On estime que huit millions de personnes qui ont effectué ces travaux forcés sont mortes du travail dans les mines de 1545 lorsque les Espagnols

ont pris le contrôle des mines, jusqu'en 1825 lorsque la période coloniale a pris fin et que l’indépendance de la Bolivie a été déclarée.


Avec l'émancipation de la communauté afro au 19 ème siècle et de la réduction de la quantité de minerai, cette population s'est déplacée dans les régions plus chaudes si bien que des groupes ethniques d'origine africaine sont arrivés dans les Yungas. Territoire ancestral des Indiens Aymara. De cette façon il y eut un croisement entre les deux cultures, Aymaras et Afros. «Le métissage en tant que tel était alors une stratégie de survie adoptée par le peuple afro-bolivien pour lutter contre le racisme et la forte discrimination dont il souffrait, surtout avant 1952, à l'époque des haciendas où ils étaient victimes des contremaîtres, qui les forçaient à travailler dans les champs de coca et d'agrumes. Trois jours par semaine, ils ne percevaient pas de salaire et étaient également victimes de violences extrêmes », explique Arciénega.



Africaines en Bolivie

Au milieu du XXe siècle, les Afro-boliviens ont commencé à migrer vers les centres urbains et semi-urbains de Bolivie à la recherche de meilleures conditions de vie, de travail et d'éducation. Aujourd'hui, ils sont présents à Santa Cruz, où vivent 7845 personnes, selon la secrétaire à l'éducation de la CONAFRO, Fortunata Medina. La migration vers ce département est principalement due au climat et des opportunités de travail, Mais beaucoup continuent de s'installer au Nord et Sud Yungas de La Paz, dans les communautés de Chicaloma, Mururrata, Tocaña, Coripata, Dorado, Chico Chijchipa, Negrillani des communes de Chulumani, Coroico et Coripata, où leur principale activité économique est la production de coca, banane, manioc, riz et agrumes.


La Saya. Symbole de l'identité afro-bolivienne du pays elle est l' expression musicale culturelle dans laquelle ils expriment leurs préoccupations sociales, leurs joies, leurs peines et leurs critiques. Ils l'accompagnent de couplets au rythme des tambours.


Jusqu'en 1980, ils ne dansaient qu'à l'intérieur de leurs communautés; Plus tard, ils sont allés à La Paz, ont participé à des entrées folkloriques et puis ils se sont fait connaître dans d'autres départements et même dans les pays voisins. Comme par exemple, dans le nord de l'Argentine, cette manifestation artistique et culturelle est admirée par les habitants et les étrangers.


Dans les Sud Yungas, Chicaloma, les hommes qui dansent le saya portent des chemises et des pantalons blancs; les femmes, quant à elles, chemisier rouge et jupe blanche, toutes deux avec des chapeaux de paille.


En revanche dans le Nord Yungas, tous les vêtements sont blancs, les hommes ne portent pas de chapeau et les femmes portent le borsalino. «Les femmes faisaient deux tresses, une coiffure qui a été modifiée au fil du temps, maintenant elles incorporaient de petites tresses longues qui se nouaient avec des rubans sur la tête», explique Arciénega.


La saya afro-bolivien a été déclarée "Patrimoine historique culturel et immatériel de La Paz". Elle représente l’image et l’identité culturelle non seulement de cette région, mais de la Bolivie dans son ensemble devant les pays du monde.



ALAYA Expéditions

Voyage en Bolivie  sur mesure

100% Agence locale 

whatsapp alaya

WHATSAPP

©  ALAYA SARL Tous droits réservés.

Agence locale de voyage agréée en Bolivie,

licence touristique  N°I125478

  • Facebook Alaya bolivie
  • Twitter Alaya bolivie
  • YouTube Alaya bolivie
  • LinkedIn - Alaya bolivie
  • Pinterest